LES LOUDS

secte ça se passe?

"Tu aimeras ton Dieu de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée".  


Etes vous satisfait de la société ?

Etes vous conscient des difficultés que les gens ont à communiquer ! Tout commence par des questions clichés qu'un adepte aux yeux de feu vous pose au coin d un trottoir, et auxquelles vous sériez bien insensé de répondre oui et non. Remarquez que ces questions s'apparentent eu style "campagne électorale (z'êtes pas contrat) pour la première, et bu style "vendeur d'audiovisuel sophistiqué" pour la seconde).

Le bon coup pour le jeune illuminé est évidemment de trouver la bonne cible, et surtout au bon moment (pour se faire une idée, lire l'article "Etes-vous bien aux sectes"). Une fois la première décision prise – celle d'adhérer au groupe – le reste vient : on sait vite ce qui est bien, ce qui est mal, qui sera sauvé et qui ne le sera pas, comment manger et s'habiller, comment vivre, etc.. C'est shématique, mais c'est vrai.

"La secte promet d'apporter, et elle apporte vraiment au converti l'assurance et l'absolutisme dont est manifestement dépourvue la société dans son ensemble". (S.P. Hersh du National Institute of Mental Health et Ann Macleod de l'Université de Maryland dans un article intitulé "Les sectes et la jeunesse aujourd'hui).

L'absolutisme, c'est l'enterrement des incertitudes, des demi-teintes et des compromis...

Au cours des siècles, les sectes ont eu coutume de survivre dans l'ombre. Aujourd'hui, elles se multiplient comme des petits pains, dans la rue et les boîtes aux lettres, leurs excès et leurs scandales nous pètent au nez au point que nous voyons en leurs activités une nouvelle forme de subversion fasciste!

Mais quel est le programme ?

Observons la scène : ils ont l'air heureux, ils chantent, ils parlent d'amour, de fraternité, de paix, de pureté... (tiens, mais c'est le même langage que les églises... Oui, mais eux le vivent). Première réaction.

  • Vous êtes seul ? La secte vous donne une famille  
  • Vous êtes mal dans votre peau ? Voici quelques exercices salutaires.  
  • Vous êtes un pauvre consommateur ? Donnez tout, ici tout est gratuit.  
  • Votre identité est émiettée dans les cercles vicieux de la vie quotidienne et du travail ? Venez la retrouver avec nous.  
  • On ignore votre bsoin de responsabilité ? Quelques efforts parmi nous et l'on vous confiera une mission véritable.  
  • Les "mass média" vous donnent la nausée ? Laissez tomber !  
  • Vous supporter mal les contradictions et le dualisme qui vous constituent ? Il n'y a plus de problèmes, on s'occupe de tout.  
  • La violence vous angoisse et vous persécute ? Vous serez un doux.  
  • Vous êtes partagé, terne malgré vos recherches et vos opinions ? Vous serez un homme entier, un pur, un dur.  
  • Vos incertitudes vous égarent et vous stagnez, le salut ? Nous sommes, et nous seuls, dans la vérité.

Quelle belle synthèse de vie !

Le grand saut :

A partir d'une vaste mise en question de notre monde éclaté où plus rien ne tient, les expériences et les tentatives explosent tous azimuts. Arrive un moment où l'on se trouve paumé dans le champ immense d'une liberté sans bornes; tous les sillons ouvrent la terre, mais aucun fruit qui nourrisse notre être tout entier. Alors la tentation est grande de "se donner les moyens" en faisant le grand saut "sec-terre". Deuxième réaction.

Fausses pistes :

Mais attention aux fausses pistes :

  • Le Christ est celui qui se donne, pes celui qui prend. Jamais Il ne parle en dictateur de conscience. Il ne prône pas non plus les efforts mystiques pour parvenir eu salut; le salut, c'est lui.  
  • La secte élimine facilement la croix, le point central où l'amour de Dieu rencontre le regard des hommes.  
  • La secte aime l'insolite et attend le mirage ou le miracle  
  • Le Nazaréen a refusé des miracles eux avides d'émotions fortes.  
  • Le Nazaréen était pauvre parmi les pauvres, il était sans Rolls, sans folklore, sans micro et sans compte en banque.  
  • Le Nazaréen a refusé de jouer les gourous, et lorsqu'il a marché sur l'eau, ce n'était pas sous un chapiteau de cirque.  
  • Le Nazaréen ne s'est pas retiré du monde pour quelques stages spéciaux, il a connu et aimé le monde de plain-pied.  
  • Le Nazaréen a résumé bien des choses par ces mots :

"Tu aimeras ton Dieu de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée".

Mais quelle idole est ce que j'adore si mon âme est vendue, ma pensée aliénée, et ma force menue (évidemment au régime 7 céréales et thé exclusivement...)

Etre chrétien, c'est aussi être seul face à Dieu, et chaque jour un peu plus responsable, faible avec la seule force de la foi.

Ouf, direz-vous, on est du "bon côté".

Circuits parallèles :

  • Nostradamus, le best-seller de l'été et des conversations.
  • Le Festival de la Voyance ouvre à guichets fermés.
  • La Fête de Lucifer, très officielle, bat son plein à Paris.
  • 20 000 voyants et assimilés font fortune en France.

(Les hommes politiques ont la réputation d'être superstitieux et de consulter fréquemment. C'est paradoxal, ce côté friable de ceux qui soutiennent avec beaucoup de raison et de certitudes des programmes et des campagnes. Notons que toutes les prédictions de la campagne présidentielle de 1995 donnaient la gauche pour battue ! Les extra-lucides sont des mal voyants politiques!)

Autant de nouveaux cultes, autant d'expressions des craintes collectives et de réponses à l'angoisse de la mort. Ceux qui font joujou avec ça (dans l'ombre) et qui partent à la chasse aux sectes sont vraiment hypocrites!

Ouf, direz-vous on est toujours du bon côté !

Mais ce sont aussi les fils de ceux qui sont du bon côté qui grossissent les rangs des sectes.

Regardez-les, ceux du bon côté, qui attendent les petits hommes verts et qui surveillent les OVNI, à genoux devant les miracles de la science qui les promet deux fois plus vieux, deux fois plusbeaux, dix fois plus forts.

Pauvre idole qui ne donne même pas unpetit bout de sens à notre vie.

A bien regarder, les sectes existent à cause de nous : nous sommes responsables.

Société anonyme à responsablltés illimitées :

Nous sommes responsables :

  • parce que nous nous satisfaisons de notre confort gadgetisé:  
  • parce que notre soif de vraie vie et d'absolu est bien maigre; nous sommes des vieux, c'est-à-dire des gens rangés, normalisés, consommateurs avertis, drogués d'habitudes ronronnantes, branchés sur trois chaînes ; nous devenons des anémiques à la foi occasionnelle, à la personnalité immuable et à la créativité endormie. Nous sommes tragiquement standard et sans saveur.

Christian G.

 


 

Foto de www . religion-encyclopedia . com / H / hare_krishna . htm

©  "Jeunesse Libérée Magazine" N.86

http://www.la-bible-sur-le-net.org/documents_divers/Difference-eglise-catho-bible/Eglise-catholique01.htm
Asahara / Aoum Raël / Raélisme  SRI SRI RAVI SHANKAR / Foundation Art de Vivre Lucille Poulin / Fondamentalisme Sociétés Secrètes Rock «Moïse» Thériault / Fondamentalisme Prabhupada-Srila /Mouvement International pour la Conscience de Krishna
Makiguchi / Soka Gakkai Moon / L'Église de l'Unification Maharaji / Divine Light Mission - Elan Vital Swami Muktananda (1908-1982) / Siddha-Yoga

 

Vous a-t-on menti ?

http://www.justforcatholics.org/francais.htm

Les divers catholicismes

 

 


Existe-t-il un émiettement du catholicisme de nos jours ? Nous devons admettre que l’Eglise romaine passe au travers d’une crise profonde et que bien des choses ont changé en ces trente dernières années. L’évidence nous permet de distinguer l’émergence de courants différents qui sont devenus pour certains d’entre eux des modes de pensées contradictoires pour ne pas dire opposés. Les chrétiens évangéliques que nous sommes doivent pouvoir reconnaître ces distinctions afin de nous aider à mieux cerner ce que sont devenues en 1993 les composantes de ce qui était il n’y a pas encore très longtemps le bloc monolithique du romanisme.

top A. Le courant traditionaliste

C’est celui que nous percevons à la lecture du « nouveau catéchisme ». Vers lui converge la grande majorité des évêques et des fidèles (vraiment fidèles) sous la férule de Jean-Paul II. En gros, c’est 10% de l’ensemble du catholicisme. Il tente de maintenir l’Eglise au milieu du village. Il est au centre et se débat sur sa gauche et sur sa droi te. Il a permi s Vati can II et certaines réformes positives ont soufflé sur l’Eglise sans pour autant avoir modifié ce qui était capital aux yeux des protestants, savoir le contenu des dogmes. C’est la vieille dame qui a changé de robe mais qui reste la même vieille dame.

Il se désole de constater que l’autorité de l’Eglise est battue en brèche mais il a peur de réagir craignant sans doute provoquer de plus grosses vagues. Il se veut fraternel et ouvert aux églises protestantes historiques mais il se méfie et nourrit encore du ressentiment à l’endroit des communautés dites évangéliques plus engagées dans un prosélytisme anti-romain. Ses positions sur l’avortement et la sexualité ainsi que sur d’autres questions éthiques forcent souvent le respect des églises évangéliques. Le Pape en est la figure de proue la plus significative.

top B. Le courant libéral

C’est le mode de pensée des théologiens et pas mal de prêtres. C’est la secousse télurique du catéchisme hollandais. C’est l’émergence de Hans Küng! Il a épousé les formes de son grand frère, le libéralisme protestant. Il réagit à l’encontre des positions éthiques et doctrinales du Vatican II, les jugeant trop rigides et conservatrices.

La Bible est passée au crible de la critique la plus négative. Elle ne fait vraiment plus autorité. Tout est remis en question ! Cela va du célibat des prêtres, ce qui en constitue un aspect positif à la négation de la naissance virginale de Christ, ce qui est beaucoup moins acceptable. Il est surtout intellectuel et il tient en haute estime les protestants libéraux alors que les évangéliques sont considérés avec beaucoup de commisération.

top C. Le courant intégriste

Voici le rejeton de Mgr Lefèbvre et il constitue certainement la facette la plus antipathique du catholicisme. Il revendique la légitimité. Son intolérance est manifeste. Il serait prêt à brûler les hérétiques. L’extrême droite est son terreau de prédilection.

En France, les nostalgiques de la chouannerie et de l’action française s’y sentent à l’aise. Il se veut dominateur et intransigeant. Tous les protestants y compris les évangéliques sont des hérétiques conduits par le diable. Il rejette et le libéralisme et le Concile de Vatican II.

top D. Le courant charismatique

Il doit sa légitimité au sein du catholicisme traditionnel grâce à l’envergure du Cardinal Suenens en son temps primat de Malines. Porteur de sérieuses espérances à ses débuts, fruit du pentecôtisme et du renouveau parmi les protestants, il est en train de décevoir ses pères spirituels.

Le constat est flagrant, il s’est fourvoyé au niveau doctrinal ou plutôt, il n’a jamais abandonné franchement les erreurs du romanisme. C’est un amalgame du catholicisme et de charismatisme. Les dons spirituels y sont exercés sans toutefois l’assise biblique indispensable.

Il est spontané et se rapproche de par l’ambiance de ses réunions du monde évangélique. Ce courant est maintenant bien dirigé par la hiérarchie. Il est très ouvert et fraternel envers les protestants quoiqu’il puisse exister une aile (frère Ephraïm et le Lion de Juda) qui fait de la conversion des protestants au catholicisme une priorité.

top E. Le courant syncrétique

Voici l’affreux amalgame de la chrétienté et du paganisme de régions où le catholicisme s’est implanté par la force. L’Amérique latine en est le meilleur exemple. L’idolâtrie la plus manifeste est annexée et tout est couvert pat le vaste parapluie du catholicisme. En fait, l’histoire de la christianisation de l’Europe est similaire. Le Pape de passage au Bénin n’a-t-il pas avalisé les croyances occultes de cs peuplades afin de mieux les récupérer alors que le « nouveau catéchisme » bannit toute forme de spiritisme !

top F. Le courant sociologique ou formaliste

C’est dans ce compartiment que se retrouve la plus grande partie des catholiques romains. Dans nos pays, il constitue plus de 80% des catholiques. C’est la religion de surface. Je suis catholique parce que je suis né comme cela, c’est un héritage qu’il est bon de conserver.

On est baptisé, confirmé, marié et on passe à l’église pour le dernier voyage, le tout agrémenté de quelques fêtes de Noël. On est catholique comme on est belge, français ou suisse. Remarquons au passage qu’un tel phénomène existe également en pays protestant

Notre témoignage doit s’adapter à ces diverses situations. En effet, tout sépare le libéral de l’intégriste ou le charismatique du sociologique. Ils n’ont pas la même foi. Nos arguments seront valables avec certains groupes et ne le seront pas avec d’autres. Les conversions à l’Evangile proviennent surtout des courants A, E et F. Dans nos pays latins, le romanisme constitue un énorme vivier dans lequel sans relâche l’Evangile doit être annoncé.

N’oublions jamais que beaucoup de nos chrétiens étaient catholiques avant leur conversion. Que nous puissions à l’instar de notre Seigneur Jésus éprouver la même compassion pour toutes ces âmes !

http://choisislavie.free.fr/catolic.htm

http://www.voxdei.org/afficher_texte.php?id=896.24

Aveugle . . .  Je vois On m’a demandé: « Comment se fait-il que tu aies accepté toutes ces doctrines pendant des années, et que maintenant tu les rejettes toutes? » Réponse: « J’étais aveugle; maintenant, je vois! » Le Seigneur Jésus m’a ouvert les yeux du coeur pour que je sois sauvé, et les yeux de mon intelligence pour que je comprenne ce qu’Il me laisse comprendre par Son Saint- Esprit! Il est écrit: « Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu » (2 Corinthiens 4.3-4).

J’ai ouvert ma Bible, et j’ai laissé Dieu regarder le fond de mon coeur pour qu’Il me révèle à moi-même le mal qu’Il trouverait à l’intérieur. Et le Saint-Esprit a fait tout le travail. Il m’a convaincu de péché, m’a poussé à la repentance et m’a, jeté tel que j’étais dans les bras de mon Sauveur! « L’Eternel est près de ceux qui ont le coeur brisé » (Psaume 34.18). Ce même Saint-Esprit m’a montré que le Seigneur était mort pour moi sur la Croix, que là « ce sont nos souffrances qu’Il a portées, c’est de nos douleurs qu’Il s’est chargé… frappé de Dieu et humilié; mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous » (Ésaïe 53.4-6).

http://www.voxdei.org/afficher_texte.php?id=896.24

 

     
LES LOUDS dans Non classé blank
blank dans Non classé

 

 

L’islam est-il une Secte?

… ordre du Coran :
« S’ils se détournent, saisissez-les, tuez-les, partout où vous les trouverez »

… quand je livrerais même mon corps pour être brûlé,
si je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien.  
# La Bible – 1 Corinthiens 13 : 3

 

 


 top Impertinence?

Poser cette question peut sembler d’une coupable impertinence. Mais ce n’est là qu’une apparence et c’est surtout ignorer les écrits de  Jean Damascène.

Jean Damascène est né vers 640 à Damas. Il portait le nom arabe de Mansour. Il devint administrateur des finances de la ville de Damas, qui avait dû capituler en 635 devant l’envahisseur musulman.

Il se retira au monastère de Saint-Sabbas, près de Jérusalem où, après son ordination, il rédigea ses uvres théologiques. Il est mort vers 750, plus que centenaire. Honoré comme saint à la fois par les orthodoxes et par les catholiques, sa Source de la connaissance a servi de manuel de théologie jusqu’au XIII ème siècle, et il fut même rangé parmi les docteurs de l’Eglise par le pape Léon XIII en 1890.

Jean Damascène a qualifié l’Islam de 101ème secte chrétienne. A quel titre pouvait-il le faire? Pour répondre à cette question, il nous faut d’abord définir ce qu’est une secte.

 

top Aspect social

Pour le sociologue, la secte est un diverticule qui s’est séparé d’une Eglise-mère, et qui suit un processus évolutif qui la fait passer par des étapes assez clairement définies. Pour le juriste, et aussi le politicien, la secte est un mouvement qui est en infraction avec la législation, et plus particulièrement avec la législation concernant la protection des individus. Quant au théologien, il définit la secte comme une hérésie. Il y a enfin des mouvements sectaires qui ne se sont pas détachés d’une confession religieuse existante, mais qui naissent d’un conglomérat disparate de pensées et de pratiques religieuses variées. On préfère les appeler : nouvelles religiosités ou spiritualités nouvelles.

Sociologiquement, on ne peut qualifier l’Islam de secte chrétienne ; son fondateur, Mohammed (570-632), est né dans un milieu polythéiste, peut-être hénothéiste (un Dieu dominant). Cependant, lors de ses voyages en Syrie, Mohammed avait rencontré le moine chrétien Bahira. Plus tard à Marwa, près de la Mekke, il rencontrait souvent un esclave chrétien du nom de Djabr (Voir Sirâ du Prophète). Une de ses concubines qu’il prit en 629, Myriam, était chrétienne.

A la Mekke vivaient des Jufis, et Médine abritait trois tribus juives constituant environ la moitié de la population, avant leur décimation. Khaïbar, située à quelque 250 km au nord de Médine, était une ville forte juive. Rayhana, une concubine que Mohammed prit en 627 était juive, ainsi que Saffiyya qu’il épousa en 629.

Bien qu’il n’y eut pas encore, à l’époque de Mohammed, de traduction complète de la Bible en arabe, les récits de l’Ancien comme du Nouveau Testament circulaient, mais aussi des fables talmudiques et des légendes tirées d’écrits chrétiens apocryphes.

L’Islam prit ainsi naissance dans un bouillon culturel qui englobait polythéisme et hénothéisme, judaïsme et christianisme, mais aussi zoroastrisme, voire hindouisme. En utilisant la terminologie d’aujourd’hui, Jean Damascène aurait dû qualifier l’Islam de religiosité nouvelle.

Juridiquement et politiquement, il faut distinguer entre Islam modéré et Islam fondamentaliste/intégriste, ce dernier seul portant atteinte à la législation concernant la protection des individus.

 

top Le Coran

Le Coran contient aussi de nombreuses réminiscences bibliques. Il rend un vibrant hommage à la fois à la Torah(taurat) et à l’Evangile (Indjil). Il reconnaît que ces livres, descendus de Dieu, sont véridiques (Sourate ‘Al `Imran, III.3) ; les musulmans doivent y croire (Sourates Al-Baqara, II.87 ; ‘Al `Imran, III.84 ; An-Nisa’, IV.136).

Le Coran témoigne de la naissance virginale de Jésus (Sourates Al-’Anbiya’,XXI.91 ; At-Tahrim, LXVI.12), de sa messianité (III.45 ; IV.157), de son prophétisme (III.49 ; IV.157, 171 ; Al-Ma’ida, V.46, 75 ; Maryam, XIX.30), de sa vie sans péché ( XIX.19 ; III.46) et le qualifie de Parole de vérité (XIX.34), de Parole de Dieu jeté en Marie (IV.171), de Verbe émané de Dieu (III.39, 45), d’Esprit émané de Dieu (IV.171 ; XXI.91 ; LXVI.12), mais sans reconnaître  que Jésus est le Fils de Dieu.

Jean Damascène n’a pas seulement dénoncé cette dernière hérésie, mais encore celle qui déclare que la crucifixion était un faux-semblant (IV.157, 158). Ici encore, la doctrine coranique diverge fondamentalement de la foi chrétienne selon laquelle la crucifixion apporte au monde le salut. Non seulement le Nouveau Testament, mais déjà les prophéties de l’Ancien attestent cette doctrine fondamentale.

Une autre divergence concerne la résurrection de Jésus-Christ. Pour le Coran, dans les versets cités plus haut, Jésus est bien au ciel, auprès de Dieu ; il y a été élevé, mais sans passer par la mort et la résurrection.

Jean Damascène avait donc raison de qualifier l’Islam d’hérésie ou de secte chrétienne.

 

top Aspect juridique

Mais juridiquement, qu’en est-il ? Une caractéristique des sectes que relèvent les juristes, c’est l’assujettissement des adeptes à leur mouvement et la très grande difficulté à en sortir. Les mots « Islam » et « Musulman » signifient : soumission, sous-entendu : soumission à Dieu. C’est là une des injonctions de toutes les religions. Mais, dans l’Islam, cette soumission est essentiellement une soumission aux lois de la Communauté (la Umma), au sein de laquelle s’exerce une rigoureuse surveillance réciproque.

 

top Islam et Christianisme

Aussi est-il difficile à un Musulman de sortir de son carcan religieux et adopter, par exemple, la foi chrétienne. Il est alors considéré comme un renégat ou apostat et encourt la vindicte de ses anciens coreligionnaires, conformément à cet ordre du Coran :

« S’ils se détournent, saisissez-les, tuez-les, partout où vous les trouverez » (Sourate An-Nisa’, IV.89).

Les milliers de musulmans algériens qui ont été assassinés ces derniers temps l’ont été parce qu’ils furent considérés, en raison de leur modération, de leur libéralisme, de leur ouverture comme des renégats de la foi coranique par les islamistes fondamentalistes fidèles à l’ordre coranique ci-dessus.

Il faut certes, faire la part des choses entre « Musulmans modérés » et « Islamistes fondamentalistes / intégristes ». Mais tout musulman qui prend le Coran à la lettre peut devenir intégriste !

On rétorquera en affirmant que le Coran prône une religion tolérante et l’on invoquera les versets coraniques suivants :

« A vous votre religion, à moi la mienne » (Al-Kafiruna, CIX.6)

ou

« Pas de contrainte en religion » (Al-Baqara, II.256)

ou encore

« Il est notre Seigneur et votre Seigneur…Notre Dieu qui est votre Dieu est unique » ( Al-Baqara, II.139 ; Al-`Ankabut, XXIX.46).

Mais ces versets n’ont que l’apparence de la tolérance, au regard de l’ordre de tuer les renégats qui changent de religion. De plus, le Coran méprise la foi chrétienne :

« Les Chrétiens ont dit : Le Messie est fils de Dieu. Qu’Allah les anéantisse ! Ils sont tellement stupides » (At-Tauba, IX.30).

top La question

L’Islam peut donc, à juste titre, être qualifié de secte.

La question qui se pose dès lors à nos autorités est de savoir si elles sont disposées à protéger les ex-musulmans comme elles protègent les transfuges des autres sectes ?  Elles le devraient, que l’on considère l’Islam comme une religion ou comme une secte.Bin Laden / Al-Qaïda

Abd-Al-Haqq  
(Serviteur de la Vérité)

 .... quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert à rien.  # La Bible - 1 Corinthiens 13 : 3

 

 .

****************************

 

 

– Esotérisme –
– New Age – 
– Divers –


ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs,
détourneront l’oreille de la vérité,
et se tourneront vers les fables.

La Bible - 2 Timothée 4 : 3-4

 


New-Age birth 


Lien

Tître

Auteur

Date

 

 

 

 

lc-folder-blue

O.V.N.I  et  E.T. faut-il y croire? Paul Ranc  03/1990

lc-folder-blue

Harry Potter et la Wicca Emmanuel Bozzi  12/2001

lc-folder-blue

Halloween, L’horreur à l’honneur

Pierre ODDON  1999

lc-folder-blue

Antroposophie : Relaxe en appel du président de la commission d’enquête sur les sectes AFP  06/09/2001

apppdf

Le danger des Jeux de role (163 Kb – 49 pages ) Gilles, Marc et Patrice  1993-1997

lc-folder-blue

Le nouvel-âge, les vieux pièges sataniques la route droite n°4  

lc-folder-blue

Falun Gong

LE COURRIER (Genève).  25/08/01

lc-folder-blue

Humanisme et vol yogique désarment la République / Libération GILBERT LAVAL

Ce qu’il faut savoir sur la Rose-Croix

 

 

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

dhammawak |
LeoTheoBrit |
CHOISIR DIEU. L'Eglise... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ne pas oublier sa religion !
| LES PREUVES ECLATANTES DANS...
| Le livre d'Urantia. Vidéo. ...